Régis Famelart

1er Prix à l’unanimité et un Prix d’excellence de la ville de Paris, il est recruté en tant que Timbalier du Grand Théâtre de Reims en 1985 et obtient son Certificat d’Aptitude en 1989. Il s’engage alors dans une carrière d’enseignant (École de musique d’Epernay, Conservatoire Paris XIIIème, puis E.M.M.A. de Laon). Il fonde le Quatuor « Percu-Temps » en 1990 avec lequel il aborde un répertoire varié (classique, contemporain et créations).
C’est en 2001 qu’il prend la Direction de l’E.M.M.A. de Laon (650 élèves, 40 professeurs, classes à Horaires aménagés,…)
Depuis quelques années ses compositions et arrangements sont édités chez Combre, Alfonce Production et aux Éditions François Dhalmann.

En 1995, soucieux de créer un partenariat avec l’Éducation Nationale, Régis Famelart se met en contact avec les écoles du Laonnois et leurs conseillers pédagogiques.
Il propose différentes pièces pédagogiques pour ensembles de percussions.
Intitulé « Les Tambours de la Cathédrale », cette opération remporte rapidement un vif succès auprès des élèves et des maîtres.
L’objectif principal étant la production de pièces musicales adaptées aux élèves de primaires ne possédant pas de connaissances spécifiques.
La particularité et l’originalité de ce projet sont le grand nombre d’exécutants (500 à 1000) et l’utilisation de matériaux courants détournés de leur fonction première pour devenir instruments de percussions à part entière.
Un nouveau projet ambitieux a vu le jour avec l’association « Ça Percute à… » et la commune de Vence.
Depuis la rentrée scolaire 2006, Régis Famelart travaille avec Jacques Martin (musicien intervenant en milieu scolaire, professeur de trombone à l’EMMA de Vence), tous deux rencontrent régulièrement les enseignants et les élèves de la commune afin de répéter les pièces créées spécifiquement pour le concert du 26 mai place du Grand Jardin à 14H30.
Cette prestation regroupera près de 1200 élèves des écoles, collèges mais aussi des élèves du conservatoire de Vence, elle s’intitule « Mille enfants tambours battants ».
Le succès de ce concept franchit désormais les frontières puisque le Brésil et le Portugal sont d’ores et déjà intéressés.