Pierre Ruscher

Originaire de Strasbourg et Vençois depuis toujours, Pierre Ruscher débute ses études musicales par l’apprentissage du solfège et de la guitare. Il se tourne ensuite vers l’étude de l’harmonie qui l’amènera naturellement vers la composition, qu’il étudie pendant quatre ans sous la direction d’un disciple d’Olivier Messiaen.
Il a commencé par enseigner le solfège et la guitare à Nice avant de se consacrer exclusivement à l’écriture ; cela lui permit d’écrire sa première symphonie L’illusoire des sens. Vint ensuite Traversée, une pièce pour orchestre destinée au concours international de Besançon.

Par la suite l’Orchestre Philharmonique de Nice lui commanda Triangle, une pièce pour toute l’harmonie, percussions, harpes et violoncelle solo, ainsi que l’arrangement et la réorchestration de l’opéra Hänsel et Gretel. C’est en décembre 1999 qu’est créée à l’Opéra de Nice sa pièce pour grand orchestre Geyser.

Sa pièce suivante, L’âme et l’époux, créée lors du Festival de Musique Sacrée de Nice en Juin 2001 rassembla un grand chœur, un chœur d’enfants, une soprano et l’Orchestre.

C’est à nouveau pour chœur et orchestre que son style s’exprimera, avec Honorat, un oratorio qui sera créé en 2004.

Depuis 4 ans, ses travaux l’ont orienté vers la percussion, avec notamment une pièce pour 16 percussions destinée aux élèves des conservatoires départementaux et s’inscrivant déjà dans le cadre de « Ça Percute… ». Avec Pan Bagna, l’expérience se renouvelle, mais dans un contexte plus festif, car il s’agit cette fois d’un arrangement autour de thèmes musicaux connus, illustrant l’histoire de la musique de Bach à nos jours.